Ocnus.Net
News Before It's News
About us | Ocnus? |

Front Page 
 
 Africa
 
 Analyses
 
 Business
 
 Dark Side
 
 Defence & Arms
 
 Dysfunctions
 
 Editorial
 
 International
 
 Labour
 
 Light Side
 
 Research
Search

Business Last Updated: Oct 31, 2019 - 11:24:56 AM


Franc CFA: 1000 % de paupérisation pour 173 millions d’africains de la zone euro
By Rene Ducret, FT, 29 octobre, 2019
Oct 30, 2019 - 3:10:09 PM

Email this article
 Printer friendly page

René Ducret, président du Worcop (organisation composée d'Etats africains, visant leur défense économique & juridique, le développement durable diversifié) donne un point de vue documenté sur le lien ombilical entre le Franc CFA et l'Euro.

L’économiste René Ducret monte au créneau. Avocat et représentant diplomatique plénipotentiaire de divers Etats africains, il s’insurge tout d’abord ”que les 15 pays de l’ex-zone-Franc, zone euro maintenant, ne soient pas représentés à la BCE, malgré leur 173 millions!. Alors que parmi les 19 pays qui le sont, certains ont une population de 4 à 500 000 (Luxembourg, Malte) ou de 1 à 2 millions seulement (Estonie, Lituanie, Slovénie). Une anomalie & oubli à réparer !.

De plus, la politique irrationnelle de ”dumping monétaire” (guerre des monnaies) de la BCE, déjà fustigée par Donald Trump et par Angela Merkel dans son discours de Munich (du 2/2/17) est contre-productive et paupérisante, créant cette crise en Europe (Gilets Jaunes) du pouvoir d’achat, l’Euro valant il y a 10 ans 50 % de + contre toutes les devises ! (voir le sujet N°1 en tête de REFORMATEUR.com, et l’émissionTV -N°1-, à la fin). “Dumping dangereux ayant failli par 2 fois imploser l’Euro, victime de spéculation internationale, au cours desquelles j’étais intervenu pour qu’elle soit endiguée par une action massive concertée des banques centrales”. Mais une situation encore plus catastrophique dans la zone euro africaine, subissant aussi une augmentation de 50% de sa dette et de ses importations, tout comme une diminution de 50% de la contre-valeur de ses réserves. Donc une pénalisation totale déjà de 100 % (50% dans chaque sens). Mais ceci après la dévaluation de 50% décidée en 94 par la France & le FMI !

Schématiquement: 100 Francs de réserves pouvaient régler 100 Francs d’import ou de dette. Mais en 94, ces 100 de réserves ont une contre-valeur en devise divisée par 2, donc réduite à 50%. Quant à ces mêmes achats ou dettes de 100, ils se trouvent multipliés par 2 en Francs, donc coûtent 200 %. Mais en 2019 : ces 50% de réserve ne valent plus en devises que 33,3 % (3,3 fois moins), et ces mêmes achats ou de dettes augmentent de 300% en Francs! (200% x 150 %), soit 3 fois +.

Donc, même en faisant abstraction la dépréciation survenue entre 1994 et 2008, nous en sommes déjà à (3,33 x 300%=) 1000% de pénalisation Raison pour laquelle il y a 3 ans déjà je publiais « La BCE doit cesser de ruiner l’Afrique». Ce n’est donc pas la monnaie qui fâche, mais la BCE, provoquant cette paupérisation africaine et donc ces exodes de population et ces réfugiés économiques et vagues de migrants. En effet 23 des 25 pays les + pauvres du monde par habitant sont dès lors des Pays d’Afrique, acquis à vil prix (de change) par des pays à monnaie forte, perdant ainsi leur indépendance dans une nouvelle forme de colonisation : économique. Ceci n’étant point une critique du franc CFA (arrimé & indexé sur l’Euro) mais tout au contraire une nécessité urgente de défendre leur monnaie auprès de celle qui la dirige, donc en faisant enfin entendre la voix de l’Afrique à la BCE” .


Source:Ocnus.net 2019

Top of Page

Business
Latest Headlines
Procurement: The Nigerian Method
Tanzania: Cashew farmers enjoy rising prices
PayCargo instant payments system takes off in air cargo
Murphy's Law: Planet Of The Apes
Shale Oil Pioneers Say the Boom is Ending
EU faces budget deadlock as national positions drift further away
Glencore strikes deal with Katanga over $5.8bn rights issue
UN sends ‘largest ever’ humanitarian mission to Donbas
The Influence of Gas Resources on Egyptian Policy in the Eastern Mediterranean
Surviving India's Water Crisis