Ocnus.Net
News Before It's News
About us | Ocnus? |

Front Page 
 
 Africa
 
 Analyses
 
 Business
 
 Dark Side
 
 Defence & Arms
 
 Dysfunctions
 
 Editorial
 
 International
 
 Labour
 
 Light Side
 
 Research
Search

Editorial Last Updated: Dec 14, 2016 - 3:09:47 PM


La Cote d'Ivoire contrarie les Etats-Unis. A un moment critique
By Dr. Gary K. Busch 14/12/16
Dec 14, 2016 - 3:07:26 PM

Email this article
 Printer friendly page

Le gouvernement de la Côte d'Ivoire a juste manié maladroitement son nez aux efforts par les États-Unis d'augmenter son rôle dans l'assistance au développement de l'infrastructure de la Côte d'Ivoire. Au-dessus du bout plusieurs années les États-Unis ont fait des efforts soutenus d'aider la Côte d'Ivoire dans des programmes de santé pour les gens de la Côte d'Ivoire dans le cadre du plan du secours du Président pour le soulagement de SIDA (PEPFAR) ; ils ont installé un programme d'assistance de Transition pour soutenir le gouvernement de Cote d' Ivoire par des programmes et enclenchement diplomatique au cours de sa période d'après-crise pendant que le pays récupère et fonctionne pour établir les conditions qui lui feront de nouveau une nation stable et prospère. il a apporté des industries sérieuses des États-Unis pour investir dans l'expansion et la croissance de l'industrie de génération du courant électrique de la Côte d'Ivoire par son programme de l'Afrique de puissance ; et a payé plus de quarante pour cent des coûts de mission d'UNOCI dans le pays puisque 2011 qui a reconstitué l'ordre au pays.

En échange pour l'attention et la bienveillance des États-Unis vers la Côte d'Ivoire le gouvernement d'Ouattara a au commencement accepté l'aide des États-Unis et a alors tourné cette aide pour bénéficier les entreprises néo-coloniales françaises qui ont attaqué sur la Côte d'Ivoire depuis des jours coloniaux. Le gouvernement d'Ouattara a pris les programmes d'investissement internationaux importants qui fonctionnaient dans le cadre de la banque de FMI et mondiale et règles des pratiques de `d'OPIC des' du transparent et la concurrence par des offres et des contrats attribués aux entreprises néo-coloniales françaises sans offres, sans souci des engagements contractuels existants et d'une façon complètement sournoise et corrompue.

Peut-être le meilleur exemple de ce comportement perfide peut être vu dans les efforts systématiques du gouvernement d'Ouattara, et son ministre de l'énergie Adama Toungara, de pervertir le cours des affaires dans le projet de Songon. Il a été soutenu par les États-Unis par son programme de lPower Africa conçu pour apporter le soutien des États-Unis de la production d'électricité africaine en utilisant le financement, l'expertise et la technologie des États-Unis en Côte d'Ivoire.

Endeavor, Houston-basé a annoncé le 25 mai 2015 qu'il avait conclu un accord en participation avec la société locale Starenergie2073 de développer le projet de Songon de centrale (TPP) thermique, qui a inclus une infrastructure d'importation de GNL et une unité de flottement de stockage et de regazéification (FSRU). Endeavor avait arrangé les finances pour le projet par le capital privé énergie-focalisé de Denham de société de capitaux propres, aussi bien établissements tels qu'US Overseas Private Investment Corp. (OPIC), la International Finance Corporation de la banque mondiale et la banque pour le développement africain (AfDB).

Dans l'accord, Richard Amon de Starenergie confié pour essayer l'exclusivité dans la construction et tous les services du Songon projettent. Plusieurs millions de dollars ont été investis dans les travaux préparatoires et Starenergie a été donné une série d'actions de repère qu'elle devrait accomplir de sorte que plus d'argent d'effort ait pu être investi dans le processus de développement, les offres pour des sous-traitants de spécialiste, et la création du FSRU et l'approvisionnement en carburant de GNL. Endeavor a commandé 51% de l'entreprise en participation. Starenergie n'a pas accompli les actions l'unes des de repère qui déclencheraient les processus de développement.

En dépit des contrats en place avec Endeavor, l'Amon et le Starenergie ont annoncé qu'ils recherchaient de nouveaux associés pour le projet de Songon. Starenergie évidemment n'a pas eu l'argent lui-même et ne pouvait pas accomplir les activités de repère qui dégageraient d'autres fonds. L'offre initiale pour la technologie, la fourniture, et la construction (CPE) de Songon (qu'est à dire un arrangement où l'entrepreneur de CPE est chargé d'assurer toutes les activités à partir de la conception, fourniture, construction, à la commission et à la passation du projet à l'utilisateur ou au propriétaire) a été annoncée et plusieurs compagnies ont été disposées à offrir d'être l'entrepreneur de CPE.

Soudainement, le 20 août 2016 Starenergie, avec la connivence et l'appui du gouvernement de la Côte d'Ivoire, a publiquement désavoué son contrat avec Endeavor et a voyagé à Pékin où Starenergie a unilatéralement attribué le contrat de CPE en China Energy Engineering Corporation (CEEC) pour construire la centrale. Aux termes de l'accord, les CEEC augmenteront 75 pour cent de 500 millions de coût de l'euro ($558 millions) du service par l'intermédiaire de China Construction Bank.  une société chinoise. Ceci a été fait sans offre quoiqu'on ait été préparé et en cours.

Starenergie a annoncé que c'était tout parfaitement tout droit parce qu'il a indiqué qu'il avait informé Endeavor en janvier 2016 que l'entreprise en participation a été dissoute. Endeavor a contesté ceci et la matière est dans l'arbitrage. Starenergie a alors démembré le reste du projet avec l'approbation de gouvernement et a fourni l'équilibre du projet, y compris l'approvisionnement en gaz naturel, aux stalwarts néo-coloniaux fidèles de Françafrique, de Bouygues, de Bollore, de Vinci et de Total sans n'importe quelle offre ou communication préalable.

Quelle quantité de cette incursion sur des intérêts d'États-Unis a été le travail des Français noirs qui ont été installés dans la puissance par les soldats de la paix français de soldats et de `de l'ONU après que Gbagbo ne soit pas encore clair. Vraisemblablement la conduite ivoirienne avait travaillé dur pour protéger les intérêts commerciaux de la France dans le pays comme elle a toujours. La concurrence commerciale entre le Français et les affaires des États-Unis a une longue histoire. La concurrence militaire continue également toujours. Il y avait un incident récent quand les militaires des États-Unis ont envoyé une délégation en Côte d'Ivoire en août 2016 pour voir s'ils pourraient établir une base de sécurité navale d'AFRICOM en Côte d'Ivoire. Quatre dirigeants navals aînés des États-Unis ont visité le pays et le chef des opérations dans la marine de la Côte d'Ivoire, Kone Amara, a visité les États-Unis pendant plusieurs semaines. Ils ont proposé qu'ils pourraient employer la base navale de la Côte d'Ivoire comme centre logistique pour l'exercice d'entraînement multilatéral de l'avril 2017.  Le Français s'est immédiatement opposé à n'importe quelle présence des États-Unis. Ils ont envoyé deux vaisseaux de guerre français, le porte-hélicoptères de Dixmude et le bateau de patrouille rapide de Ducuing en Côte d'Ivoire et ont engagé la marine d'Ivoirian dans des exercices d'entraînement pressants avec le marine français. Ceci a été suivi de la vente par la France à la marine d'Ivoirian de la vedette Sekongo et à l'achat additionnel des vaisseaux de guerre L' apparition et Le Bouclier. La Côte d'Ivoire est maintenant `douteux' si AFRICOM pourra employer Abidjan comme base logistique en 2017.

Après que priver des droits civiques de Endeavor par Starenergie, Toungara et Total ait estimé que le procès par l'effort alléguant une interférence tortious dans ses contrats était inévitable après que l'acte sur l'arbitrage soit arrangé, ceci les a menés pour offrir d'essayer une part de 5% dans le projet de GNL qui se montent avaient volé du projet. Le 4 octobre 2016 la Côte d'Ivoire a signé un pacte d'association pour créer un consortium dirigé par le Total de la France pour établir une borne liquide d'importation (LNG) de gaz naturel qui pourrait commencer à recevoir des expéditions de gaz par mid-2018 pour Songon. Le Total a été censé être l'actionnaire principal avec 34% et ce sera l'opérateur de projet. D'autres membres invités dans le consortium ont inclus des entreprises pétrolières d'État Petroci de Royal Dutch Shell, d'Endeavor,  de Ci-Énergies, SOCAR de l'Azerbaïdjan et GNL de Golar. La plupart des invitees ont refusé de procéder et seulement Petroci et CI_Energies joignent le Total. Il est très douteux que ce projet procédera plus loin car personne autres que le Total n'a les fonds à procéder.

Cette description du refus de la Côte d'Ivoire à se comporter correctement en faisant face aux droits et aux occasions des affaires des États-Unis est un indicateur que la conduite du pays ne lit pas les journaux. En quelques semaines, le gouvernement des États-Unis sera sous la commande du Président Trump et son équipe, consacrée à protéger et à avancer les intérêts des affaires des États-Unis et de ses militaires. Les poteaux principaux de coffret sont d'être aux mains d'anciens généraux et beaucoup de politique des États-Unis sera formée par des problèmes de sécurité des États-Unis. Une des agences les plus puissantes du changement vers l'Afrique ne sera pas le département d'état qui a, sous Obama et secrétaire Clinton, regardé avec la négligence bénigne sur des intérêts commerciaux et militaires des États-Unis en Afrique. Les budgets et la planification de l'intervention des États-Unis avec l'Afrique seront concentrés sur les terroristes islamiques de combat comme AQIM et Boko Haram.

Un des comités les plus importants qui traiteront l'Afrique est le Comité de forces armées de sénat qui traite le budget et les politiques du Pentagone. La Côte d'Ivoire a très peu d'amis aux militaires des États-Unis. En effet, certaines de ceux avec l'antipathie la plus profonde vers la Côte d'Ivoire peuvent être trouvées sur ce comité.

Un des plus franche de ces critiques est le sénateur James Imhofe de l'Oklahoma, le républicain de rang sur le comité. Il était l'un des pivots aux États-Unis s'opposant à Ouattara dans sa rébellion traître contre le gouvernement légitime de son pays sous Gbagbo.  Ses commentaires sur Ouattara dans le Congressional Record sont là pour que tous voient ; ils ne sont pas corrompus près diplo-parlent.

Juste après le massacre chez Duekoue il a fait rapport au sénat,

«Vous pouvez les identifier. Ils sont en tuant là des personnes. Nous ne connaissons pas combien de dizaines de milliers de personnes ont été assassinées dans le sang froid. Amnesty International a sorti l'autre jour et a critiqué la mission d'U.N. pour ignorer des interventions en faveur d'aide et de manqu pour empêcher le massacre dans la ville de Duekoue. C'est la ville de Duekoue. Voir les corps carbonisés. Les gens sont disant eux ont pris des porcs manger les corps. Est ce ce qu'Ouattara a fait dans une petite ville appelée Duekoue. J'ai une autre image de ce qui se produit. Il est vraiment criminel. Ce sont les personnes de tout l'Ouattara. Ce sont ceux notre département d'état soutenu, et il est sérieux. Amnesty Interational les rapports qu'une chasse au homme a été lancée contre des loyalistes de Gbagbo à Abidjan, et plusieurs hauts fonctionnaires près de lui ont été battus dans les heures après son arrestation. Tels sont les escadrons de la mort d'Ouattara. »

« J'ai parlé aux amis à moi étroits qui sont à Abidjan maintenant. Abidjan est où les mauvaises choses se produisent. J'espère n'importe qui qui remet en cause le fait que c'est les forces d'Ouattara qui créent les problèmes dans l'accès d'Abidjan mon site Web et tire vers le haut la vidéo de YouTube qui a été prise de ce qui s'est produit ce que j'appelle « lundi noir, » lundi soir, quand elles sont sorties avec des hélicoptères et elles ont fauché vers le bas des milliers de personnes. Nous n'avons pas un compte de mort de combien de personnes ont été assassinées en 5 derniers jours. »

Si l'Ivoirians pensent qu'ils peuvent continuer à interférer et à frustrer les efforts des sociétés des États-Unis dans leur poursuite du développement africain et des militaires des États-Unis cherchant l'interdiction des terroristes opérant en Afrique en suivant aveuglément les demandes de leurs maîtres de Français, ils ont une perception pauvre des nouvelles réalités à Washington. Un centre important de la nouvelle administration est des affaires.

Le nouveau secrétaire d'état dans l'administration d'atout est Rex Tillerson, la tête d'Exxon Mobil. Il a eu un long et meurtrissant rapport avec le Total au cours des années. En plus des batailles d'Exxon avec le Total au Kurdistan et au-dessus de la canalisation du Tchad-Cameroun, Exxon a juste expulsé le Total d'un $US 2.5 milliards de changement d'InterOil de la Papua-Nouvelle Guinée en mai 2016 quand le Total a essayé de muscle dans des affaires d'Exxon là.  Tillerson est très au courant des efforts du Total en Afrique et semble un allié peu probable pour davantage d'empiétement par le Français des intérêts commerciaux des États-Unis ; particulièrement en pétrole et gaz.

La France n'a jamais été l'associé préféré des États-Unis militaires et a fonctionné aux malentendus avec les militaires des États-Unis pendant des années. La France s'est retirée d'être un membre à part entière de l'OTAN en 1966, et est restée séparée pendant des décennies. La raison du retrait français était que la France a cru que l'OTAN n'était pas militairement assez de support.  L'effort de la France de développer ses propres possibilités de défense extérieures à la zone de l'OTAN, y compris le développement de son propre arsenal nucléaire dans les années 60, était de s'assurer que les militaires français pourraient actionner ses propres conflits coloniaux et poteau-coloniaux plus librement. Sous de Gaulle, la France avait essayé de dessiner l'OTAN dans les conflits coloniaux de la France (du côté de la France). De Gaulle a réclamé que l'Algérie faisait partie de la France et faisait partie ainsi de l'OTAN. Par conséquent, l'OTAN doit intervenir pour aider la France en déposant les mouvements algériens de l'indépendance. Après que les Anglais et les Américains aient refusé d'assister le colonialisme français, de Gaulle a expulsé des troupes de l'OTAN de France et a installé des militaires français plus indépendants. Maintenant que la France est de retour dans l'OTAN qu'elle fait la même demande de ses associés que De Gaulle mais il est encore peu disposé de payer sa manière. Il veut des subventions des États-Unis pour son métier néo-colonial de l'Afrique francophone mais est peu disposé de payer sa partie équitable. Ceci ne continuera pas sous la nouvelle administration.

Ainsi, les temps changent pour la Côte d'Ivoire. L'élévation de l'extrême droite dans la politique française ne présage pas bien pour le secteur francophone. Encore moins fait l'état périlleux de l'euro auquel le franc de CFA est chevillé. Il est temps que la Côte d'Ivoire d'Ouattara agit de soutenir les intérêts du pays plutôt que les intérêts du Français et de l'élite d'Ivoirian. La manière la plus bloquée est de traiter des entreprises étrangères assez, de se conformer aux règles du commerce international, et d'évaluer la légitimité des contrats. Ce serait certainement un bon début.


Source:Ocnus.net 2016

Top of Page

Editorial
Latest Headlines
Russia In The Throes of Change
Commercial Aspects of the Rustication of Qatar
My Experiences As A Back Channel
Germany and the EU's Continuing War Against the Greek People
Hassan Rouhani's economic legacy may be his key to winning a second term
My Experiences With North Korea
Military Technology and the Multi-Domain Battle Plan
The Rise of The Front National and Its Impact on Francophone Africa
Putin And The Rise of Social Unrest
The Admiral Grigorovich